Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 février 2006 4 09 /02 /février /2006 17:22

... contre les dentistes …

 

 

 

 

 Il m'est arrivé un truc pas chouette ... j’avais consciensieusement pris rendez vous chez le dentiste la semaine dernière. C’était doublement courageux car j’ai dû choisir le dentiste au hasard n’en connaissant pas dans cette ville où je suis depuis 6 mois. Un peu moins brillamment, j’avais prévu d’emmener avec moi ma fille et de la faire passer avant moi … histoire de voir comment la dentiste s’y prendrait. A la sortie de ce premier rendez-vous, j’étais plutôt rassurée. Jeune et dynamique, la dentiste avait bien pris les choses en main avec ma fillette, lui expliquant le pourquoi comment de ses instruments, tout en prenant soin de lui garder la bouche ouverte pour l’empêcher de poser des questions. Et une demi-heure sans parler c’est un exploit pour ma fille. J’avoue que j’ai apprécié.

Puis vint mon tour … une demi-heure bâillonnée, ligotée sur ce fauteuil renversant, la bouche ouverte, submergée par le souvenir vif et brutal des séances chez le dentiste dans mon enfance … tout ces bruits de fraise, les odeurs des dents rabotées, le goûts des cotons … et une demi-heure à enrager d’entendre ma fille se rattraper et parler parler parler  et toucher à tout en tournant autour de moi.

 Finalement, il y avait des travaux de confort à réaliser dans ma cavité buccale, sans perspective de charcutage. J’y suis donc retournée, seule cette fois, pour démarrer le chantier. Je n'y allais pas sereine, voir j'y allais déjà à reculons mais sans frayeur.

 

 

 Et la séance a virée au cauchemar. Pendant toute la première partie, je ruminais intérieurement que j’étais moins fière que la première séance, que décidément ce n’était pas agréable de se trouver dans cette position, et je l’avoue : qu’il m’ait bien difficile à moi aussi de tenir une demi heure sans parler ... car parler ça rassure quand on est en situation tendue.

 Ah digne fille de sa mère ma petite fillotte !!

 Mes réflexions silencieuses ont été interrompues par la découverte d’une « poche » -sic- sous une couronne. Une poche c’est une petite ouverture offerte aux impuretés qui pénètrent par un espace insidieux entre la gencive et la couronne ... la gencive présentant alors une légère inflammation et sensibilité ... tout un programme !

 

 Aïe ! Aïe ! Aïe !  

 « Je vais vous faire une petite désensibilisation de la gencive pour voir l’étendue de la poche et je vais faire une radio ».

 

 

 

 

 

 

 J’aurai dû me méfier au résultat de la première radio : « elle n’est pas très nette ... je vais la refaire »  

 

 

 

 

Et oui car je ne l’ai pas vu arriver avec sa grosse piqûre d’anesthésie. J’en tremble encore ...

 Au résultat de la seconde radio j’étais achevée : « vous semblez avoir une fracture de la racine de votre dent dévitalisée, les impuretés migrent dans la brèche et votre os en est tout irrité ... vous voyez là cette grosse zone sombre ? »

 Je déteste le dentiste – je déteste le dentiste – je déteste le dentiste – je déteste le dentiste – je déteste le dentiste – je déteste le dentiste

 Je suis bonne pour voir un stomatchépakoi pour avis de la radio.

 

 

 

 

 

Le pire reste à venir. Revenu en position debout, la joue gauche en marchmalow, j’avais la sensation que mes jambes ne me ramèneraient jamais à la maison, que j’étais condamné à resté chez ma dentiste en position allongée.

 Franchement ce fut un choc ! moi qui depuis 10 ans me frotte chaque jour les dents avec conviction pour prévenir toute intervention dentaire douloureuse ! J’ai même été taxée de traumatisme de brossage : je brosse trop fort et mes gencives se plaignent.

 Je ne sais plus quoi faire.

 Et il y a une suite. J’y retourne demain !

 

 

   Aïe ! Aïe ! Aïe !

 

 

 

Repost 0
7 février 2006 2 07 /02 /février /2006 14:33

Depuis le temps que je voulais m'essayer au marque-page brodé, et bien c'est fait ! Il a même été très rapide à réaliser : le temps d'une soirée pour la broderie, et 5 mn au fer à repasser avec un peu de viseline derrière pour lui donner de la tenue.

Pour info à destination des brodeuses acharnées, j'ai utilisé un fil dégradé de l'Atelier du Pic Vert qui s'intitule Terre de feu. La grille est un modèle gratuit de chez Passion broderie http://perso.wanadoo.fr/passion.broderie/

C'est ma nénette qui est contente. Elle qui aime la lecture, je suis sûre qu'il servira.

Repost 0
6 février 2006 1 06 /02 /février /2006 14:40

Hier au Parc des expositions de la Beaujoire, invitée par ma belle-maman, j’ai assisté à un représentation extraordinaire du célèbre opéra de Georges Bizet.

A la musique on avait l’excellent ONPL – ndlr l’Orchestre National des Pays de la Loire - avec ses 60 musiciens et son Chef  Pascal Verot ; les voix de l’opéra étaient interprétés par la mezzo soprano Sophie Pondjiclis, le ténor Carlo Guido et le baryton basse André Cognet.

Et sur un large manège improvisé s’harmonisaient le spectacle des cavaliers du Cadre Noir de Saumur et la musique de Bizet.

 

Un très beau spectacle, étonnant par sa nouveauté et son inventivité. Les chevaux évoluant au rythme de la musique, dans des figures très féeriques ! on croyait rêver et regarder des chevaux montés sur des jambes de danseuses !  En réalité les chevaux du Cadre Noir sont tout en puissance et les exercices imposés exigent d’eux beaucoup de force et de concentration. Il était presque douloureux de retenir les applaudissements pour ne pas en rajouter à leur effort.

 

Moi qui suis surtout une amoureuse du chant, j’ai adoré l’interprétation des solistes de ce Carmen équestre ! Quelle prouesse, quelle technique ! J’ai frissonné d’émotion en vivant ce direct avec les artistes et les musiciens.

 

Bref ! il y en avait pour tout les sens (ou presque) : la vue, l’ouie, l’odorat et le goût pour les belles choses ;-)

 

 

 ce qu'en a dit la presse :

C'est bel et bien un rendez-vous avec l'excellence que le public nantais se verra donner au début du mois de février 2006, au Parc des Expositions de la Beaujoire, avec le spectacle Carmen par le Cadre Noir. Produit et organisé en partenariat avec la Région des Pays de la Loire par le FCNA Evénements, le célèbre opéra de Georges Bizet sera interprété par l'Orchestre National des Pays de la Loire (ONPL) - avec Pascal Verrot à la baguette - et mis en scène par la grande institution qu'est le Cadre Noir. "L'idée est de proposer un spectacle ouvert au plus grand nombre, explique ainsi Sébastien Atger, directeur de FCNA Evénements. Carmen et ses airs extrêmement populaires nous permettront en plus de faire découvrir deux organismes de grande excellence que sont l'ONPL et le Cadre Noir."

 

Bien que l'ONPL et le Cadre Noir ait déjà travaillé ensemble, le spectacle proposé en février sera une grande première. "Nous espérons présenter au public une chorégraphie équestre qui plaira, indique le Colonnel de la Porte de Theil, écuyer en chef du Cadre Noir. Pour autant, il n'est pas évident de faire correspondre les rythmes des chevaux à ceux de la musique." Un défi que Pascal Verrot est heureux de relever. "Il faudra coudre la musique pour générer de l'émotion autour de la beauté des mouvements des chevaux et du savoir-faire des écuyers, lance l'enthousiaste chef d'orchestre. Il faudra conserver la spécificité du Cadre Noir et raconter l'histoire de Carmen. En cela, c'est déjà Exceptionnel !"

 

 

Une création originale en forme de défi

 

 

Repost 0
30 janvier 2006 1 30 /01 /janvier /2006 14:52

On peut être brodeuse et intello non ?

J’ai relu récemment une citation qui à du sens pour moi quand je l’associe à la broderie. Il s’agit d’une réflexion de Schopenhauer dans ses Aphorismes sur la sagesse de la vie (oulala quel mot ! A-pho-risme !) sur ce qui pourrait être le bonheur :

 

« L’activité est indispensable au bonheur : il faut que l’homme agisse, fasse quelque chose si cela lui est possible ou apprenne au moins quelque chose ; ses forces demandent leur emploi, et lui-même ne demande qu’à leur voir produire un résultat quelconque. Sous ce rapport, sa plus grande satisfaction consiste à faire, à confectionner quelque chose, panier ou livre ; mais ce qui donne du bonheur immédiat, c’est de voir jour par jour croître son œuvre sous ses mains et de la voir arriver à sa perfection. Une œuvre d’art, un écrit ou même un simple ouvrage manuel produisent tout cet effet ; bien entendu, plus la nature du travail est noble, plus la jouissance est élevée. »

 

Le style est pompeux, certes, mais le sens ne vous aura pas échappé : le bonheur c’est simple comme « le faire », parce que l’on n'est pas ce qu’on acquiert mais ce que l’on fait.

Bouquet de pivoines brodé  en 2000 - kit DFEA

 

 

J’en profite pour parler de Mozart, puisque tout le monde en parle et c’est une chance ! Son génie fascine encore aujourd’hui. Je ne connais pas beaucoup son œuvre, je ne suis pas fana de musique classique et j’aime surtout les histoires qui vont avec ces grands hommes. Partout on peut lire qu’il avait du génie certes, mais en plus qu’il avait du cœur.

Du génie parce qu’il savait la musique avant de savoir lire, parce qu’il composait sans rature, parce que ses œuvres sont d’une complexité et d’une sensibilité époustouflantes (sic les musicologues spécialistes ;-) c’est pas de moi).

Du cœur parce qu’il le revendiquait.

Voici une citation de Mozart qui tente de résumer le génie :

« Le vrai génie sans cœur est un non-sens. Car, ni intelligence élevée ni imagination ni toutes deux ensemble ne font le génie.

Amour ! Amour ! Amour !

Voilà l’âme du génie »

Ecrit le 11 avril 1787.

(la photo est un tableau de Pietro Antonio Lorenzoni - 1763)

 

 

 

 

Repost 0
25 janvier 2006 3 25 /01 /janvier /2006 18:13
Voici un essai de perlage traditionnel inspiré d’une fleur que l’on trouve sur les costumes des femmes du pays de Quimper.
Le modèle est brodé sur un velour noir, avec du fil de gant noir et des perles de rocaille dorées.
 
 
 
 
 
 
 
Alors évidemment, le modèle ne fait pas très moderne ... mais pour le moment, je prends des cours pour apprendre justement la technique particulière du perlage et c'est ma pièce d'étude. On travaille avec une aiguille extèmement fine et souple car elle doit passer et repasser plusieurs fois dans les perles au cours de leur pose et les perles sont déjà plus petite que la rocaille ordinaire.
 
Les techniques de pose sont diverses : on les applique en passé plat (la partie remplie de la feuille sur la photo) ou en ligne continue ou 3 par 3 avec un espace entre chaque groupe (voir la partie basse de la photo de détail).
 
J'en suis au début. J'ai un projet que je vais entamer en parallèle : perlage d'un beret pour me faire un accessoire original.
 
Je n'abandonne pas le point de croix pour autant et voilà ce que je mijote par ailleurs :
 
 
 
 
                            Mais chutttttttttttttttttt ! je n'en dis pas plus pour le moment ...
Repost 0
22 janvier 2006 7 22 /01 /janvier /2006 18:25

Voici les deux derniers éléments brodés de l'aventure de la 52ème rue.

J'ai mis le temps car j'ai hésité à poursuivre mon entreprise vu que je regrette un peu le choix de mon fil pour ce projet. Il est très clair, et en brodant sur un fil de trame, on ne voit pas grand chose ...

Je vous laisse juger du résultat. Je continue en me demandant quand même si je vais aller au bout de 52 semaines ... c'est énorme non ?

donc la 2ème semaine :

et la 3ème :

 

on y croit !!!

Repost 0
22 janvier 2006 7 22 /01 /janvier /2006 18:17

Bonjour !

Moi aussi je me suis lancée dans la réalisation du mètre ruban décoré, et je rassure les plus sensibles, les moins téméraires : c'est très facile à réaliser !

Pour un rappel en image je vous invite à consulter les sites suivants :

http://fil.en.scene.free.fr/spip/article.php3?id_article=47

http://tomoneko.jugem.jp/?eid=150#sequel

Repost 0
12 janvier 2006 4 12 /01 /janvier /2006 16:43

J'avais envie depuis un bon moment de me faire une jolie pochette pour mes ciseaux d'après une grille toute mimi.

Après avoir choisi le fil et la toile, j'avais dégoté des petits ciseaux en charm lors du dernier créativa. Et puis au moment de formaliser la dernière fantaisie pof ! impossible de mettre la main sur ce petit charm perdu dans mes fils ou mes boîtes à trucs et bidules !

Comme à chaque fois que je perds quelque chose je mets en application ma devise : "ne cherche pas, et tu trouveras"   :-)

Et comme à chaque fois ça marche ! je l'ai trouvé il y a deux jours !! et voilà ma pochette finitionnée !

Elle est belle hein ?

Repost 0
10 janvier 2006 2 10 /01 /janvier /2006 16:43

Bonjour !

Comme beaucoup de brodeuses internautes (et nous sommes actuellement 170 pour ce projet si ! si !) je me suis embarquée dans l'aventure de l'atelier imaginaire pour 2006. Il s'agit de broder un tableau en 52 scènes pour illustrer la météo.

Pour les détails, je vous renvoie au site directement à l'adresse suivante :

http://perso.wanadoo.fr/atelier.imaginaire/index_choix.htm

Vous pourrez suivre l'évolution de ce projet dans un album spécial sur mon blog. Mais pour le moment je vous montre le début :

J'ai choisi une toile de lin colori naturel en 12 fils de trame. Je brode en 1fil sur 1fil ce qui me fera un ouvrage de 20 cm sur 20 cm. C'est en principe un monochrome, mais j'ai choisi un fil de l'atelier du Pic Vert dégradé si clair que je vais parsemer de-ci de-là des fils de couleur pour donner un peu de relief au motif.

Repost 0
5 janvier 2006 4 05 /01 /janvier /2006 09:55

 

 

 

Le bonheur

 

On se persuade souvent soi-même que la vie sera meilleure après s'être
 marié, après avoir eu un enfant et, ensuite, après en avoir eu un autre.

 Plus tard, on se sent frustré, parce que nos enfants ne sont pas encore
 assez grands et on pense que l'on sera mieux quand ils le seront.

 On est alors convaincu que l'on sera plus heureux quand ils auront passé
 cette étape.
 On se dit que notre vie sera complète quand les choses iront mieux pour
 notre conjoint, quand on possédera une plus belle voiture ou une plus
grande maison, quand on pourra aller en vacances, quand on sera à la retraite.

 La vérité est qu'il n'y a pas de meilleur moment pour être heureux, que le
 moment présent. Si ce n'est pas maintenant, quand serait-ce ?

 La vie sera toujours pleine de défis à atteindre et de projets à terminer.
Il est préférable de l'admettre et de décider d'être heureux maintenant qu'il est encore temps.


"Pendant longtemps, j'ai pensé que ma vie allait enfin commencer. La
vraie vie! Mais il y avait toujours un obstacle sur le chemin, un problème
qu'il fallait résoudre en premier, un thème non terminé, un temps à passer, une
dette a payer. Et alors, là, la vie allait commencer! Jusqu'à ce que je me rende compte que ces obstacles étaient justement ma vie"


 Cette perspective m'a aidé à comprendre qu'il n'y a pas un chemin qui mène au bonheur.

 

 

Le bonheur est le chemin.

 

 


Ainsi, passe chaque moment que nous avons et, plus encore, quand on
partage ce moment avec quelqu'un de spécial, suffisamment spécial pour partager
 notre temps, et que l'on se rappelle que le temps n'attend pas.

 Alors, il faut arrêter d'attendre de terminer ses études, d'augmenter son
 salaire, de se marier, d'avoir des enfants, que ses enfants partent de la
 maison ou, simplement, le vendredi soir, le dimanche matin, le printemps,
 l'été, l'automne ou l'hiver, pour décider qu'il n'y a pas de meilleur
moment que maintenant pour être heureux.

LE BONHEUR EST UNE TRAJECTOIRE ET NON PAS UNE DESTINATION

Repost 0

Présentation

  • : Blogapartdecaro
  • : Un peu de lecture, de cinéma, d'amitié et de Bretagne, beaucoup de broderie
  • Contact

Recherche